LA GEOBIOLOGIE

La GEOBIOLOGIE est un savoir et une science très ancienne pratiquée tant en Occident qu'en Orient.

L'homme dans la plupart des civilisations a tenté de maitriser les influences du lieu et d'en étudier les caractéristiques avant d'y bâtir son toit ou sa maison. Les compagnons, les bâtisseurs de cathédrales ont développé cela en Occident, définissant certaines orientations spécifiques des bâtiments par rapport aux points cardinaux.


La géobiologie est l'étude de l'ensemble des influences de l'environnement sur le vivant, et notamment des ondes liées aux champs magnétiques et électriques, courants d'eau souterrains, réseaux métalliques, failles géologiques, etc. Le terme peut se définir étymologiquement. Il s'agit d'une association de la racine géo (la terre) et biologie (l'étude de tout ce qui est vivant).

La géobiologie s'occupe de ce qui peut nuire au développement harmonieux de la vie (humaine, animale et végétale) dans un espace donné.

Elle aborde en effet les liens existant entre un lieu et la vie humaine, animale ou végétale.

Sous nos latitudes, les implantations de bâtiments, de lieux de culte ou d'habitations privées à l'époque Antique, chez les romains ou dans l'empire celte, puis à l'époque moyenâgeuse, témoignent de cette pratique.

En effet, le positionnement des édifices voire même leur agencement collectif, indiquent que les "bâtisseurs" avaient connaissance des phénomènes géobiologiques.


Placés au dessus de phénomènes très particuliers, calés sur des réseaux magnétiques ou orientés précisément en fonction de la "géographie invisible", ces édifices, dont les cathédrales gothiques sont une flamboyante illustration, forment une magistrale démonstration de ce savoir peu répandu qu'est la GÉOBIOLOGIE.


En Orient, c'est bien évidemment le FengShui, ou la Géomancie, qui l'intégraient dans leur pratique; ainsi les fameuses veines du Dragon dont traitent le FengShui correspondent aux courants telluriques de chez nous (appelés aussi "vouivres", notamment par Vincenot dans Le Pape des escargots).


Elle se concentre donc sur les phénomènes échappant aux disciplines classiques et ayant une dimension plus diffuse (énergies). Ce sont :

alt

  • les déséquilibres « cosmo-telluriques » qui seraient liés à la présence d'éléments  perturbants dans le sous-sol : courants d’eau souterrains, failles, cavités, filons de minerai, 
  • les  réseaux telluriques : réseau Hartmann, réseau Curry, réseau Peyré, etc.
  • les courants telluriques,
  • les champs magnétiques et électriques nocifs provoqués par des installations électriques intérieures ou extérieures à l’habitation, sans oublier les émissions radio de tous ordres (téléphones sans fil, portables, GSM, WiFi, etc.). Pour ce qui concerne les émissions de champs électriques, on prend comme référence le seuil tolérable de 5mV/m et, pour les champs électromagnétiques, le seuil de 2 milligauss (conformément au niveau des champs telluriques naturels).
  • les circulations d’énergie perturbées par les formes d’un bâtiment ou une mauvaise répartition des pièces dans l’habitat.

Les problèmes de santé liés à la présence de « perturbations géobiologiques » dans une chambre, une maison, un cabinet thérapeutique, un bureau, une entreprise, un local commercial, un élevage etc., sont de tous ordres (difficulté de concentration, fatigue anormale, sommeil non réparateur, tous types de maux, ...cancers).

La géobiologie contribue ainsi à la résolution de bien des maux actuels (nuisances électro-magnétiques, etc...).


alt

Les Réseaux telluriques 

Pour les géobiologues, à chaque métal présent dans le sous-sol de la terre correspond un réseau particulier formant un maillage plus ou moins large. Le réseau qui a le plus connu est le réseau Hartmann, qui correspond au nickel.


D'autres réseaux portent aussi le nom de leurs "(re)découvreurs" modernes : le réseau Curry (diagonal) qui correspond au fer, le réseau Peyré qui correspond à l'or, le réseau Palm pour le cuivre,le réseau Wissman correspondant à l'aluminium etc. Les réseaux les plus utilisés par les bâtisseurs sont le Hartmann et le Curry car ce sont les deux réseaux que l'on percevrait le plus facilement.


Ces réseaux sont constitués de "murs" énergétiques, émanant de la terre et s'élevant dans l'atmosphère, autrement appelés lignes telluriques. Les lignes du réseau de l'or (Peyré) mesurent au minimum 40 cm de large que ce soit près du sol, ou au quatrième étage d'un building (la hauteur des édifices étant insignifiante au regard des dimensions de la Terre). Le réseau Peyré est à base 9, ce qui signifie que toutes les 9 lignes, on trouve une double ligne, et toutes les 9 doubles lignes une triple ligne. Le réseau du nickel (Hartmann) est, lui, à base 7, le réseau du fer (Curry) à base 5, le réseau du cuivre (Palm) à base 7 et ainsi de suite.


Les lignes de chaque réseau forment une trame, analogue aux mailles d'un filet. Il existe des réseaux orientés Nord/Sud-Est/Ouest, tel le réseau Hartmannn ou le réseau Peyré, et d'autres orientés à 45° par rapport à ceux-ci (en diagonal) comme le réseau Curry. Des variations sont observées dans l'orientation des réseaux, jusqu'à ~30° en fonction du relief et du magnétisme de l'endroit.

Chaque ligne est polarisée.

Par convention on appelle "ligne positive" une ligne qui provoque une "augmentation de l'énergie vitale" des êtres vivants (force de croissance, symbolisée dans la Bible par la colombe de Noé), et "ligne négative" une ligne qui provoque une diminution de l'énergie vitale (force de momification, symbolisée par le corbeau de Noé).

Il existent des doubles, des triples, etc., lignes positives et négatives.

À titre d'exemples, une ligne Hartmann positive triple est en général appelée « ligne H3+ », une ligne Hartmann négative simple « ligne H- », le nœud formé par la rencontre de deux doubles lignes Hartmann positives est appelé « croisement H2+ », le nœud formé par la rencontre d'une ligne Curry positive avec une ligne Curry négative est appelé « croisement C+/C- », etc.


Les croisements de lignes négatives, ont des effets néfastes, surtout s'il s'agit de croisements de lignes doubles ou triples. L'effet néfaste est décuplé en cas de présence de faille ou de courant d'eau souterrain à l'aplomb, tandis qu'il est atténué par certains cristaux.... et que les chats en raffolent !

Ils affectionnent ces emplacements et sont, apparemment capables de transmuter les énergies négatives. Un endroit où un chat persiste à venir dormir sans raison apparente est en général un endroit néfaste du point de vue énergétique. Les fourmis et les hirondelles, et dans le règne végétal les orties, les ronces ou encore le houx ont également tendance à aimer ces endroits, alors que les autres plantes ou arbres y poussent avec difficulté.

Les zones négatives pourraient causer, à moyen ou à long terme, mauvaises humeurs, migraines, tensions, insomnies, maladies ou cancers...



Courants telluriques 

Les courants telluriques sont des flux répartis tel un réseau hydrologique, et cette énergie venant de sous-terre, a été réutilisée par l'Église, indiquées anciennement pas des vierges noires (couleur souterraine par excellence), car ces courants ont de tout temps été considérés comme sacrés. Les toponymies locales abondent en termes connotés positivement ou négativement: le lit du diable, le Creux de l'Enfer, le rocher à la Vouivre, la Grotte Saint Georges, le trou aux nutons, etc., qui peuvent faire référence aux courants telluriques.


Cheminées cosmotelluriques 

alt

Gravures préhistoriques du site d'Achnabreck, Écosse, marquant vraisemblablement l'emplacement de cheminées cosmotelluriques.

Les cheminées cosmotelluriques sont des phénomènes tubulaires allant de 70 à 200 m sous terre. Selon les clairvoyants, leur aspect ressemble à une fleur géante. 

Elles ont des hauteurs différentes variant en moyenne entre 100 et 250 m. Chez certains auteurs, on trouve parfois l'appellation puits énergétique pour désigner ces cheminées. La croix celtique reproduit peut-être le schéma d'une cheminée cosmotellurique à quatre bras (vue du dessus), et l'on retrouve ce type de cheminées sur les anciens lieux sacrés des Celtes de façon systématique.



alt

Vortex 

Un vortex est un phénomène majeur en forme de spirale. Ce serait le phénomène tellurique le plus puissant, utilisé dans pratiquement tous les lieux de culte des Anciens.

Le vortex est toujours relié à un second par un lien (comme un large réseau) qui aurait une longueur variable, entre 50 et 1500 m. 


Carrés Magiques 

Un carré magique est une grille énergétique tridimensionnelle cubique formée de 27 cubes, délimités par des lignes Hartmann. Les carrés magiques ne sont jamais naturels mais auraient été créés par les Anciens pour marquer certains hauts lieux énergétiques.

La dimension des cases varie entre 50 cm et 1 m de côté. Par rapport au bâtiment, un carré magique est toujours situé devant l'entrée principale.

Chaque case est colorée d'une couleur différente ... visible seulement par un clairvoyant. La fonction des cases est de purifier et recentrer le corps éthérique, de rééquilibrer les chakras, d'accomplir  l'activation du lieu...


Expertises, géobiologie et phénomènes telluriques

Formés depuis plus de 15 ans à maîtriser les techniques propres au géobiologue, nous intégrons tout naturellement l'étude et l'équilibrage de tous les phénomènes telluriques, géobiologiques, magnétiques ou électro-magnétiques dans nos expertises et conseils chez l'habitant, le thérapeute ou le professionnel.
Voir l'article sur nos interventions.
 



 
Information des activités
Vous n'aurez jamais de spams !